Constat à l’amiable

Partagez cet article !
  •  
  •  
  •  
  •  

 

Décembre 1981  Libreville ; en face du parking du détachement de 4 Jaguar se trouve celui des C 130 de l’Armée de l’Air Gabonaise. Lors d’une journée porte ouverte, un mécanicien Gabonais fait visiter le C130 sur lequel il travaille habituellement comme pistard. Visite des plus normales avec passage dans la soute et puis dans le poste de pilotage. La discussion doit tourner autour de ses compétences et certainement pris par l’ambiance le mécano décide de montrer qui “c’est Raoul” en mettant les moteurs en route…

Le problème, c’est qu’il n’y a pas de cales de parking et qu’il faut un certain temps pour faire monter la pression du circuit de frein (les transporteurs complèteront). Après avoir mis les 4 moteurs en route, l’avion commence à avancer et lorsque le pilote improvisé actionne les pédales de frein, c’est mou et ça ne répond pas ; et là direction les 4 Jaguar que le C 130 se percute. Choc, stupeur, mais ce brave homme qui a de la suite dans les idées garde son sang froid et enclenche les “reverses” pour se dégager… Deux Jaguars sont découpés à l’endroit puis à l’envers.

Vue générale
Vue générale

Au bilan les 2 Jaguar ont été réformés car complètement cassés. Quant au héro du jour, il a été bien évidemment puni et dégradé lors d’une séance publique au cours de laquelle le président Bongo s’est chargé lui même d’enlever les galons du coupable. On m’a raconté cette cérémonie, mais comme je n’étais pas présent je suis incapable de faire la part des choses entre ce qui s’est passé réellement et le folklore local. Bref, c’était l’Afrique patron !

Au résultat !
Au résultat !
Le C130 a aussi souffert
Le C130 a aussi souffert
Irrécupérable
Irrécupérable

Partagez cet article !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

2 réponses sur “Constat à l’amiable”

  1. Bonjour,

    Je faisais parti des mécaniciens du GERMAS 15011 qui ont démontés les deux avions endommagés, à savoir le JAG A98 et A150. Ces deux aéronefs ont été rapatriés par VAM (C160) vers les usines Dassault Colomiers pour être réparés.
    A savoir un premier vol de deux C160 pour rapatrier les deux voilures et ensuite un deuxième vol de deux C160 pour rapatrier les fuselages, les dérives et les demi-plans horizontaux
    A l’issue de leur remise en état, ces deux avions ont repris du service!

    Amicalement

  2. dans le genre folklo cela me fais penser à la forme en V prise par un ATR 42 i y’a 6 ans a Kano Airport sa dérive principale avait été “un peu poussée” par un 747 de Kabo Air en provenance de la mecque Les voix d’Allah sont impénétrable!!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.