Défilé du 14 Juillet

Partagez cet article !
  •  
  •  
  •  
  •  

Défilé du 14 Juillet

Défiler en avion constitue un exercice de style qui ne m’a jamais trop passionné ; opérationnellement, ça n’amène rien, lorsqu’il se passe bien c’est normal, mais par contre quand ce n’est pas le cas on entend “causer du pays”.

A ce propos, je me souviens d’un défilé du 14 Juillet à Metz ; il était prévu de passer dans la soirée vers 20H00 ou 21H00. Le temps était brumeux, le soleil commençait à être bas sur l’horizon et bien évidemment l’axe du défilé était face à l’ouest. La population nous a entendu passer mais ne nous a jamais vu malgré nos trois passages ; pas très grave en soi, sauf qu’en bas notre “Grand YAKA” accompagnait “Biffin chef” qui ne s’est pas gêné pour le féliciter de l’excellente prestation de ses seuls représentant de l’Armée de l’Air.  Dès notre atterrissage, le leader du défilé était demandé au téléphone par qui vous vous doutez ; je crois qu’il en a encore les tympans qui vibrent.

 

Voilà ! Les Champs, c'est droit devant dans 1 mn ou 2
Voilà ! Les Champs, c’est droit devant dans 30 secondes

 

Les 2 gros problèmes à gérer sont la météo et le nombre d’avions. Pour ce dernier, actuellement c’est beaucoup plus facile qu’avant car les avions d’aujourd’hui sont très bien équipés en matière d’aide à la navigation ce qui permet de respecter facilement le trajet prévu et les horaires associés. En plus, ils sont surveillés par des radars qui retransmettent la situation aérienne en temps réel à un centre d’opérations qui n’hésite pas à sortir une patrouille qui ne serait pas sur son trajet prévu ou qui serait en retard sur le timing prévu. “Avant”, il en était tout autrement car pour ce qui concernait la navigation, il n’y avait que la carte et le chrono ; dit autrement, le pilote assurait la navigation à vue en regardant en bas et en faisant correspondre le trait tracé sur la carte avec les repères sols, et se retrouver à 1 ou 2 km de l’endroit prévu avec 30 secondes d’avance ou de retard était vite fait, mais pas tolérable quand il y a une trentaine d’avions ou plus qui défilent. Si une patrouille ne respecte pas le timing il se passe la même chose que sur la route c’est à dire un phénomène de circulation en accordéon. La différence est qu’un avion ne peut pas s’arrêter en attendant que ça reparte.

Pour ce qui est des conditions météorologiques quand il fait franchement beau ou mauvais l’affaire est assez simple ; dans le premier cas les conditions sont optimales et dans le second le défilé est annulé. Le problème se situe entre les deux. Pourtant les consignes sont très strictes, mais le jour J, allez faire comprendre au plus haut sommet de l’état que les avions ne passeront pas parce qu’au sud de Paris il manque 100 feet de plafond, alors qu’il fait un temps splendide en bas des Champs Élysées. Dans ces cas là, on “force” le talent et parfois ça devient un peu le salaire de la peur ; je devrais plutôt dire ça devenait car à l’heure actuelle, comme je le précisais plus haut les choses ont beaucoup changé.

Que ceci ne vous empêche pas d’aller sur les Champs et de contempler ce spectacle toujours aussi beau qu’est celui d’un défilé d’une centaine d’aéronefs.

 

14 Juillet La tour Eiffel
14 Juillet La tour Eiffel

 

On est bien au dessus des Champs
On est bien au dessus des Champs

 

A l’Élysée, les tables sont déjà prêtes.
A l’Élysée, les tables sont déjà prêtes.

 


Partagez cet article !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.