Le club des + 3000 heures de JAGUAR

Partagez cet article !
  •  
  •  
  •  
  •  

 

3000 heures de Jaguar ! A raison de 200 heures par an, ça représente plus de 15 ans à voler sur le même avion. On sent bien que ceux qui ont passé cette barrière symbolique ne sont pas nombreux.

Cet article qui s’inspire fortement d’un passage du livre d’Alain Vezin consacré au Jaguar, présente ce club très fermé.

3D à qui j’ai déjà consacré un article lors de son départ à la retraite a eu la gentillesse de me détailler ses 3000 heures ; avec toutes ces infos, on se rendra un peu mieux compte de tout ce qu’il a pu réaliser et ce que représente le fait d’avoir fait plus de 3000 heures sur Jaguar.

Lieutenant HUET

Mais avant d’arriver à 3000 heures… il faut passer le cap des 2000. Et c’est Huet dit le « Hu » (avec ou sans H, c’est selon), pilote formé à la 11EC, qui le 29 juin 1983, est le pre­mier à passer le cap des 2000 heures de vols sur Jaguar. Il décolle de la base aérienne d’Istres aux commandes de l’A48 (7-IG) pour une mission d’assaut, suivie d’un premier ravitaille­ment sur un C 135 F au-dessus de la Méditerranée, descente en basse altitude pour une reco photo sur les Baléares, un deuxième ravitaillement avant un retour en basse altitude vers Saint-Dizier pour un défilé à sept avions. Présentateur Alpha du Jaguar à la 7, affecté au 2/7, le lieutenant Huet passe le cap des 2000 heures de Jaguar en juin 1983 ; l’année suivante, il intègre la Patrouille de France.

2000 heures du Hu
2000 heures du Hu

Capitaine HACHE

Le 12 janvier 1989, le capitaine Hache décolle en position de leader d’une patrouille de huit Jaguar pour effectuer une mission d’assaut dans le Massif central. Après 1 h 40 de vol sur le A29, il est le premier pilote de l’armée de l’air à dépasser 3 000 heures de vol sur Jaguar. François Hache termine sa carrière dans l’armée de l’air avec un total de 3 047 h 45 sur Jaguar.

Affecté au 1/7, le capitaine Hache a fait son premier vol sur Jaguar le 10 février 1975. Transformé à Dakar au cours d’un détachement de l’opération « Lamantin » en 1978, il est avec le lieutenant Sablé l’un des premiers pilotes de la 7 aptes au ravitaillement en vol.

LANGE - HACHE - TANI - BOURDIER - de GOURNAY
LANGE – HACHE – TANI – BOURDIER – de GOURNAY

Adjudant-chef Bourdier

« L’adjudant-chef » effectue sa 3000e heure de vol sur Jaguar lors d’une mission de combat DAC 4, le 12 avril 1989. Daniel Bourdier est le pilote français à totaliser le plus grand nombre d’heures de vol sur Jaguar avec 3 333 h 20. Le 14 septembre 1990, Daniel, Monsieur « 3 333 heures + , effectue son dernier vol sur Jaguar.

L'ADC Bourdier
L’ADC Bourdier

Capitaine de Gournay

C’est le 11 juillet 1997 que le capitaine de Gournay passe le cap des 3 000 heures de Jaguar. Quelques semaines plus tard, il effectue son dernier vol sur Jaguar sur le A145. Vincent de Gournay totalise 3 007 heures.

Deux extraits de son “CV” que je serai amené à compléter.

Guerre du Golfe. Après une période de mauvais temps, première mission de guerre le 24 janvier. C’est le 2/11 qui y retourne pour sa seconde mission, leader Cdt Mansion pour une attaque à la 250 Kg lisse sur la garde républicaine en Irak. Je suis n°7 et le Cne Hummel n°8. Mansion, Bolin, Devautour, Christ, Depardon et Schwebel traitent l’objectif mais au fur et à mesure des tirs les défenses deviennent trop actives et Memmel et moi partons traiter l’objectif secondaire au Koweit. L’Omera 40 m’apprendra que ma deuxième bombe a explosé sur la position d’artillerie.

Ejection le 16 septembre 1993 lors d’une mission de transformation moniteur au cours de laquelle je pousse trop loin la démonstration. La perte de contrôle est récupérée mais les deux moteurs ont surchauffé lors du déclenché et malgré rallumage ils ne poussent plus (turbines BP plumées). Le Cdt Pascal Miny (place avant) et moi (place arrière) nous éjectons au dernier moment. Blessures minimes mais le Jaguar E38 est détruit.

Capitaine Tani

Quelques mois après le capitaine de Gournay, le club très fermé des « 3 000 +» de l’armée de l’air compte un nouveau membre : le capitaine Tani. Clin d’œil de l’histoire, il a effectué son premier et dernier vol sur le même avion : le E28.

Capitaine Lange

Le 18 décembre 1998, le capitaine Lange passe le cap des 3 000 heures au cours d’une mission d’assaut à 12 avions. Éric Lange totalise 3 018 h 40 de vol sur Jaguar.

LANGE
LANGE

Capitaine Bonnaffoux

Dernier pilote à entrer dans le cercle des « 3 000 + », le capitaine Bonnaffoux décolle de Saint-Dizier le 9 janvier 2001, aux com­mandes du biplace E24, pour une mission comprenant du combat, un ravitaillement sur C-135 et un assaut en basse altitude (le commandant Tani occupe la place arrière). Fait unique dans l’histoire des Jaguar de l’armée de l’air, pour ce vol l’équipage du E24 totalise plus de 6 000 heures de Jaguar. Le capitaine Bonnaffoux est le dernier pilote français à avoir dépassé 3000 heures de vol sur Jaguar. Il pose en compagnie du jeune lieutenant Schwebel qui n’a que… 2 700 heures sur la «bête »

Lieutenant-colonel Dardard dit « 3D »

3D totalise 4629h25 (pour être précis) dont 3177h20 de Jaguar qui se répartissent en 2232h40 de JAG A, 559h25 de biplace en place avant et de 385h05 de backseat.

3D et sa
3D et sa “coupe” Comète

Toul et Saint Dizier ont été ses principales affectations :

  • Toul de fev 1983 à juin 1986, puis d’aout 1988 à aout 1997
  • Saint Dizier de juin 1986 à aout 1988
  • CEITA d’aout 1997 à sep 2002
  • Mont de Marsan CEAM de sep 2002 à juin 2014

Pour compléter le palmarès, c’est :

  • 10 détachements : 4 en Afrique, 2 en Arabie Saoudite et 4 en Italie
  • 134 missions de guerre ; 38 au Tchad, 47 en Irak, 49 dans les Balkans
  • 31 missions avec tir d’armement réel : 12 BAP 100, 6 AS 30L, 24 X 250 kgL, 1 BGL de 100kg

SOUVENIRS JAGUAR AUTRES QUE DETAM

  • 26/04/1983 LACHER JAG E
  • 28/04/1983 LACHER JAG A
  • 9/07/1983 1° VOL EC 01.011
  • 12/04/1984 LACHER RVT JAG E
  • 16/04/1984 LACHER RVT JAG A
  • 18/04/1984 1° MISSION LONGUE RVT (5.8T/2CT EN 6F)
  • MAI/1984 KLIF PCO
  • MAI 1985 KLIF SCP
  • JUIN 1985 1° CONVOYAGE AFRIQUE
  • 16/02/1986 1° MISSION DE GUERRE REELLE (OUADI DOUM)
  • FIN 1986 TRANSFORMATION MONITEUR COMBAT
  • JUIN 1987 46H20 EN 43 SORTIES
  • 1987 266H05
  • JUIN 1988 VAINQUEUR COUPE COMETE
  • JUIN 1989 KLIF CP
  • JUILLET 1989 TRANSFO AGL
  • MARS 1990 RED FLAG
  • 15/10/1990 MISE EN PLACE AL AHSA (9T/4CT/6H30)
  • 19/01/1991                               1° MISSION DE GUERRE REELLE IRAK
  • 28/02/1991 FIN DE LA GUERRE DU GOLF ALORS QUE JE                                                                                    RENTRE EN FRANCE VIA C160/C135
  • 26/01/1993 MISE EN PLACE SOLENZARA (BALBUZARD]
  • 15/07/1993 MISE EN PLACE RIVOLTO (BALKANS)
  • 17/01/1994 1° MONOREACTEUR (DETECTION FEU…)
  • 21/11/1994 1° MISSION DE GUERRE REELLE BALKANS
  • 23/11/1994 2 MISSIONS LEADERS DE 40 AVIONS OTAN EN                                                                               RECO PRE STRIKE AGL
  • MARS 1995 DERNIER CONVOYAGE AFRICAIN
  • 28/05/1996 DERNIER VOL EC 02.011

DIVERS

  • 19 CAMPAGNES DE TIR OU STAGE OFFICIERS DE TIR
  • PRESENTATEUR BRAVO EN 1990/1991
  • DIVERSES XP CEAM (8 BL70, 29 RQX 100 MM DEM, CONF GBU 12 DISYMETRIQUE, SUIVI GBU  24 DE L’XP 2000D)
  • DEBUT 1990 ; PREPARATION DE MISSION AS 30 L (2 JAG/2 F1CR) CONTRE LA LYBIE

Jacques Deltrieu

Pour parler de sa carrière réalisée uniquement à la 11EC, le mieux est de lui laisser la parole

Pour suivre le fil conducteur de mes 3000 heures de vol sur Jaguar, il faut commencer par mon arrivée sur la base de Toul en Janvier 1973 à l’escadron 3/11. J’ai volé pendant 2 ans sur F100 super Sabre et en 1975 je suis passé sur Jaguar par une transformation classique à Saint Dizier. Ensuite je suis resté au 2/11 jusqu‘en 1983, date à laquelle je suis parti 2 ans sur Alphajet au Maroc. Au retour, direction le 4/11 à Mérignac où j’ai exercé les fonctions de commandant d’escadrille puis chef des opérations ; ma carrière militaire s’arrête en 1991. A l’issue j’ai continué à voler dans une compagnie aérienne jusqu’en 2014, ce qui m’a amené à un total de 22 000 heures de vol au total.

Mon rôle de commandant d’escadrille et de chef OPS au 4/11 m’a permis d’organiser de nombreuses campagnes de transformation de ravitaillement en vol, me permettant ainsi d’arriver au total de 3028H40 de vol sur Jaguar et d’intégrer le club très fermé des + 3000.

Durant ma carrière il s’est passé beaucoup de choses, mais il y a eu 2 vols qui m’ont particulièrement marqué :

Le premier fait marquant fut l’éjection du lieutenant-colonel Pachebat lors de l’opération TACAUD au Tchad. Nous venions d’arriver à N’Djamena après une première mise en place importante à Dakar. Quelques jours après notre arrivée, nous avons décollé pour une mission d’appui feu réelle dans la palmeraie d’Abéché ; nos troupes au sol étaient accrochées par un ennemi déterminé, bien entrainé et aussi bien équipé en matériel. Le lieutenant-colonel Pachebat était leader et j’étais son équipier pour intervenir au canon de 30 mm avec des obus traçants, incendiaires et explosifs. La légion était au contact et il a fallu faire une première passe pour repérer l’ennemi.

Puis on a enchainé sur une passe avec tir réel aux canons ; étant derrière lui, lors du dégagement j’ai vu très distinctement 2 missiles sol/air SA7 monter sur son avion. J’ai alors effectué un virage de 360° aussi bas que possible tout en mettant la post combustion. Lorsque je me suis rapproché de son avion j’ai pu constater qu’il avait été touché et que tout l’arrière du Jaguar était en feu. Il n’y avait pas d’alternative et je lui ai aussitôt ordonné à la radio de s’éjecter ; il s’exécuta immédiatement et juste après être sorti de l’avion, celui-ci a explosé.

Pachebat est tombé juste à côté des légionnaires qui comptaient dans leurs rangs un tué et un blessé grave. Afin d’aider à la récupération de mon leader j’ai enchainé pour effectuer des passes canons ; me trouvant à court de carburant, j’ai dû reprendre la direction de N’Djamena où je me suis posé.

Le deuxième se passa lors d’un de mes vols en qualification chef de patrouille ; le colonel Phelut commandant la base de Toul était mon n°2 et a été victime d’une panne qui a provoqué la coupure des 2 moteurs. Il ne s’est pas éjecté et j’ai pu voir son avion percuter le sol.

Jacques DELTRIEU


Partagez cet article !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.