F 100 baladeur

Partagez cet article !
  •  
  •  
  •  
  •  

 F 100 baladeur

Les membres de l’Amicale de la 11EC ont été informés récemment par mail que le F 100 installé sur la base de Metz revenait à Toul au conservatoire de la BA 136 construit par ENR. Vous trouverez ci-dessous un petit morceau de son histoire.

SARDA m’a raconté qu’il était aux commandes du F 100 N° 42131 quand il est arrivé de Bremgarten et que c’était le premier avion d’arme à se poser sur la piste de Toul, exception faite de la période Américaine (of course). Et il me semble aussi que c’est sur cet avion que le général BOICHOT, commandant de base à l’époque, a effectué son dernier vol sur la bête. Quand la mécanique lui a demandé si l’avion était bon ? Il a répondu par l’affirmative et lorsqu’il a rempli  la forme 11, il a mis  “Rallumage en vol OK”.

Et c’est aussi BOICHOT qui décida de le mettre sur stèle à l’entrée de la base sur un tuyau obtenu gratuitement d’une entreprise concurrente à Pont à Mousson SA. Je ne sais pas comment fut prise la décision de mettre les insignes du 2/11 (BOICHOT était du 2/11), mais ce ne fut pas du gout du 1/11 qui la nuit précédent l’inauguration officielle apposa les insignes de la Comédie et de la Tragédie. Je vous raconterai l’histoire dans un prochain article.

A la fermeture de la BA 136, devenue DA, le F 100 fit mouvement vers la base de Metz qui ferma à son tour en 2012. Se posa bien évidemment la question du devenir de cet avion emblématique à plusieurs points de vue. Et c’est d’EDF qu’est venu …. la lumière (facile celle là). En fait c’est sur une initiative du général DALL’AGLIO cadre chez ENR qui dut faire preuve de beaucoup pugnacité pour obtenir la réalisation du conservatoire de la BA 136, projet  accompagnant la construction de la centrale photovoltaïque en lieu et place de la BA136.

Une fois la destination connue, il fallait lui faire faire le voyage et avant tout le descendre de la stèle ; la manière dont il avait été fixé, son état de conservation, sa résistance à un levage,…posèrent beaucoup de problèmes et le résultat n’était pas acquis. Et là il faut féliciter l’entreprise de Mr Alain STEPHANOPOLI très connu dans le milieu aéronautique (et dont j’espère avoir à vous reparler) pour sa compétence ; comme le mentionne l’article paru dans (ci-joint) , le F 100 a pu effectuer son dernier vol.

Download (PDF, 109KB)

En 2014, date d’ouverture du conservatoire, vous pourrez le voir dans une alvéole de l’Escadron 2/11 ; retour à destination.


Partagez cet article !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.