Le Redoutable

Partagez cet article !
  •  
  •  
  •  
  •  

 

Souvenir d’une merveilleuse époque !

Cette photo est prise en mai 1972 (nous sommes en tenue hiver). C’est le baptême du “Redoutable”. Le lancement a eu lieu en juin 1972 (tenue d’été) avec son parrain : le colonel GOURET, premier habitant de la villa, donc voisin et … Breton … ! Ce qui ne gâche rien. Comment est-ce arrivé ? Hasard ! Un peu d’histoire (locale).

Suite au transfert de Bremgarten à Toul, on (le personnel) a dû prendre ce qu’on nous donnait. C’est-à-dire que, du point de vue logement, adjudants-chefs et adjudants avaient priorité pour les chambres seules. S’ils en restaient, les vieux sergents chefs aussi, mais là …

Les sergents, caporaux-chefs, caporaux et pioupiou : dortoirs !

Et à quinze par chambre, avec les portes de saloon (double battants), pas de veilleuses si utiles aux retours des vols de nuit, lors des retours “tardifs des commissions” dans des communes éloignées de la base. À l’époque, on avait souvent une voiture pour deux ou quatre.

Les bâtiments en rénovation étaient plus que surveillés !

Quand je suis passé sergent PDL, le responsable logement m’a demandé si j’étais intéressé par une chambre de quatre au LC1. C’était le bâtiment des “vieux”, donc tranquille, peinard. La chambre proposée était une salle commune où les Américains posaient leurs skis, hard-tops, galeries de toit, mais qui possédait un lavabo, un WC et une douche. Si je trouvais 3 autres sergents, l’affaire était faite. N’étant pas le seul informé, on s’est retrouvé un sergent du “1/11” et trois du GERMaS.

Le colonel GOURET a donc lancé “Le Redoutable” avec le bosco (ADJ YVIN dit Yann). Ils ont cassé la bouteille de champagne sur la droite de “l’escalier de coupée” et dévoilé la plaque : Bâtiment “Le Redoutable” parrain : colonel GOURET.

Le baptême.

Cette photo est prise en milieu d’apéritif, le temps qu’il y ait de la braise au barbecue (très fonctionnel celui des Américains) et le colonel qui, de sa fenêtre voyait très bien ses voisins (nous), sous prétexte d’un tour du propriétaire, est venu voir comment cela se passait.

Après quelques verres pris en commun, sachant pourquoi on l’appelait “Le Redoutable”, accepta d’en être le parrain. Son fils est venu le chercher :

– Papa, maman dit que l’on va manger, elle a fait un soufflé.

– Va dire à maman qu’elle coupe tout, on mange ici.

Pourquoi “Le Redoutable” ?

En pénétrant dans ce bâtiment, on était impressionné par le nombre de tuyaux qui étaient dans les couloirs (coursives) et les bruits émis (à la mise en pression du chauffage ? à l’appel de l’eau des sanitaires ?). Tous ces bruits n’étaient pas sans rappeler les sonars et autres asdics de La Royale. Il y avait aussi parfois de l’eau dans les coursives.

Sachez que le Pacha était le parrain, le bosco (ADJ YVIN), le bidel (ADJ ROUTTIER, le mousse, en tenue SVP, (SGC LECA), les rameurs (M. CORNEILLE et BAUDRY, Antillais de l’ERT), vigie/salle des machines (JOBKEL, COFFIN et VAUTHIER). Il y avait aussi l’aumônier, dont j’ai oublié le nom.

Sur la photo

  1. Marco LECA, GERMaS réacteur
  2. YVIN, pétaf du garage, faisait passer les permis
  3. ADJ BOUGOIN (dit Max), radio/radar GERMaS
  4. Jean-Paul ANGELOT, telec du GERMaS
  5. CORNEILLE, ERT
  6. DATAMANTI (dit “Le Kabyle”), EC 3/11
  7. GUETTA, GERMaS réacteur
  8. LEROUX (dit Nanar), GERMaC-GERMaS
  9. BRICOTTO (dit “La Brique”)
  10. RICHAUD (Tonton), ERT
  11. HERNOT (dit “Ti’Jean”), EC 2/11
  12. VERLHAC
  13. JOBKEL, GERMaS réacteur
  14. COFFIN, GERMaS réacteur
  15. FLORENTIN (dit “Flo-Flo”), PC1
  16. VAUTHIER, GERMaS réacteur

Sur cette photo, les repères (A, A’ et B) sont, me semble t-il des pilotes, personnel du CLA (A’ : SGT OUVRIEU ?). Les “hors mécanos” m’échappent car, jeune “Germassien”, je n’étais pas au quotidien avec eux.

Rédigé par Gilles VAUTHIER

Suite aux commentaires reçus, je rajoute :

– “Ernest ” qui est derrière le n°9

– A est Dehez (pilote)

– A’ est bien OUVRIEU du CLA

– B est Vandamme (pilote)

– Entre le 10 et le 11, il s’agit du sergent Latournerie, un radio du 2/11

– Contre le poteau avec le chapeau, Alain Guillemot dit “Léon”

– Un doute sur le n°4  qui pourrait être Fauvet du 2/11

Le Redoutable
Le Redoutable
Le Redoutable, un peu plus tard dans la journée
Le Redoutable, un peu plus tard dans la journée

Partagez cet article !
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.