Livre “Histoires de la 11ème Escadre de Chasse”

Partagez cet article !
  • 427
  •  
  •  
    427
    Partages

Le contenu.  Ce livre de 435 pages, 100 articles et 115 photos ne vous propose pas l’histoire de la 11EC avec un grand « H », mais une compilation d’articles écrits par ceux qui ont appartenu à cette unité. Ils racontent ce qu’ils ont vécu au sein de la 11EC : une mission effectuée en métropole ou en OPEX, une anecdote, un récit de la vie quotidienne… Pour les anciens de la 11EC, le livre rappellera beaucoup de choses et les autres découvriront ce qu’était cette escadre. Avec un peu de recul, on peut dire qu’elle était vraiment particulière et ce à mon sens, pour deux raisons ; l’avion, le F 100 puis le Jaguar, et la mission CAFI (Composante Air des Forces d’Intervention) qui l’a amené à intervenir sur tous les théâtres d’opérations pendant plus de 20 ans. 

Patrick BAUDRY : préface “Histoires de la 11ème Escadre de Chasse”

C’est un grand privilège d’ouvrir ces “Histoires de la 11ème Escadre de Chasse”. André CARBON y a rassemblé les témoignages d’anciens qui vont vous ravir, vous toucher et vous émouvoir. C’est donc avec une très vive émotion que j’écris cette préface, car il s’agit de me plonger dans les souvenirs les plus forts de ce que j’ai pu vivre alors, en poursuivant ma passion du vol et ma quête d’absolu.

Lorsque les gens me demandent parfois quels sont mes souvenirs les plus forts, ils pensent évidemment à ceux que j’aurais pu vivre dans l’Espace ! Et ils seraient surpris de m’entendre alors raconter quelques anecdotes de la vie à la 11 ! C’est là que se nichent mes meilleurs souvenirs, souvenirs de passion, de stress et de camaraderie, et, finalement, je dirais tout simplement d’amitié. C’est pour cela que lorsque les moteurs de Discovery se sont allumés deux dizaines d’années plus tard et quatre dizaines de mètres plus bas, je me suis exclamé à la radio : « Et, à la chasse bordel ! ».

                J’ai omis le “Mort aux cons” traditionnel qui aurait pu … ne pas être compris par tout le monde, mais que je pense encore fortement !  Certes, plus de 3000 tonnes de poussée au cul, c’est autre chose que la PC du F100, mais cela m’a ramené en un instant à ce moment magique lors de mon premier décollage avec cet “avion d’homme”, chaperonné par le vénéré Sayous. Pourquoi vénéré ? Parce qu’il était un ancien de cette onzième escadre que j’avais appelée de tous mes vœux à la fin de l’ETO à Cazaux, et il était mon premier instructeur pour cette transformation qui s’effectuait alors au 3/11.

C’est à la 11 que j’ai pu commencer à mettre en miroir mes rêves et la réalité enivrante d’être pilote de chasse, grâce à Mathuz (diminutif de Mathusalem pour le Capitaine Sayous), et à “ses frères”. Rien n’était facile ni gratuit. C’était une autre époque, avec d’autres hommes, d’autres caractères, d’autres méthodes de travail, mais je tiens à souligner le sens du devoir et la passion de ces hommes qui menaient de front au quotidien courage et exploit, même en temps de paix. D’une manière simple et rude, ils m’ont appris que la conquête de la troisième dimension “air-espace” a, dès ses origines, amené l’homme à dépasser ses limites et j’ai commencé là-bas à apprendre à flirter avec les miennes ! Les témoignages de cet ouvrage m’ont ramené à cette époque, où petit PO que j’étais, je participais au premier convoyage de F100 à Djibouti pour le 4/11. Les quelques mois passés là-bas m’ont aidé à comprendre le sens du mot “paradis”, paradis du pilote, bien sûr ! Je dois dire que je n’ai retrouvé pareille Liberté, Egalité et Fraternité qu’à la Cité des Etoiles, avec mes camarades Cosmonautes soviétiques. C’est un paradoxe, mais c’est ainsi !

                L’ouvrage d’André est incroyablement humain, vivant et vrai. Il a su rassembler un extraordinaire foisonnement de détails, d’anecdotes et d’histoires qui nous racontent, comme si nous y étions encore, l’âme d’une Escadre qui fut la nôtre. Dans ces épopées, on ne plaçait pas la vie des individus au premier plan, mais celle de nos avions, de nos équipes, de nos détachements et de nos missions. De nos femmes et de nos chevaux aussi… bien sûr ! A l’heure où tout est galvaudé, où la prise de risque et la recherche de l’excellence sont ignorées, cela redonne leurs lettres de noblesse au dévouement et à l’implication qui sont si nécessaires à notre devenir ainsi qu’à nos idéaux.

                Il nous reste, après avoir lu ce livre plein d’humanité, à souhaiter que les chefs futurs de nos armées y puisent l’essence même du courage, de la volonté et de l’abnégation nécessaires au maintien d’une civilisation que nous avons su bâtir et qui souhaite pouvoir continuer à vivre en paix. Qu’ils s’en inspirent, c’est la clef de notre avenir en tant que nation et dans le Monde de demain qui est déjà bien en chemin !

                Merci, André, pour cette magnifique Mémoire !

                Merci à tous les auteurs de cette compilation !

                Et longue vie à la 11 ! Même dissoute, elle est présente dans nos cœurs et nos mémoires.

Patrick Baudry ; Ancien de la 11, et du 1/11

Le prix est de 15 Euros et une ristourne de 20% (soit 12 Euros) est consentie aux membres de l’Amicale des anciens de la 11ème Escadre ; prix auquel il faut ajouter 7 Euros pour frais d’envoi. 

Où le commander ?  Envoyez un chèque à l’adresse suivante :                                                                                                                                                                                               André CARBON                                                                                                                                                                                                                                                                                                 7 rue d’ARCOLE                                                                                                                                                                                                                                                                                        33470 GUJAN  

livre11ec@gmail.com

Où le trouver ? Il est en vente dans 2 librairies parisiennes “

La Maison du Livre Aviation” 75 boulevard Malesherbes 75008 PARIS et

“L’Appel du Livre” 99 rue de Charonne 75011 Paris


Partagez cet article !
  • 427
  •  
  •  
    427
    Partages
  •  
    427
    Partages
  • 427

8 réponses sur “Livre “Histoires de la 11ème Escadre de Chasse””

  1. C’était en 1973 me semble t’il qu’un Jaguar de la 11 est venu se poser sur la Base de Creil car il devait participer au meeting aérien du Bourget .
    le Jaguar s’est présenté pour l’atterrissage mais il avait la crosse d’appontage baissée, qui bien sur a accroché la barrière d’arrêt le Jaguar a effectivement été arrêté sur 50 mètres mais cassé en deux !!! à cette époque il y avait des Jaguars version Marine donc avec crosse d’appontage et il semblerait qu’il y avait un problème au niveau de la signalétique de la position de cette crosse ?je me souviendrai toujours de la tête du pilote lorsque nous sommes venus le récupérer avec les pompiers de l’air .moi j’étais infirmier.

  2. Je suis arrivé à la 11 sortant de Rochefort le 13 mai 1955 j’en suis parti au mois de juillet 1972 à ma 10ème demande de mutation. En arrivant j’ai travaillé en tant que armurier de bord sur le F84G au 3/11 “Jura”ensuite sur le F84F toujours au “Jura” ensuite sur le F100. A la dissolution du “Jura” j’ai été au 2/11 muté, à Brem “guerre froide” alerte 1 jour/3 en QRA. Retour en France à Toul, le 3/11 “Corse” est formé. Mutation CEV à Cazaux de 1972 à 1975, j’ai eu en main le Jaguar en expérimentation nucléaire et en même temps le Mirage F1. Le jaguar a remplacé le F100 à Toul en 1976. J’ai des photos des avions de la 11, 84G, 84F et F100.

  3. J’étais à Bremgarten de 1962 à 1965 arrivant de Rochefort lors du déménagement à Toul j’ai quitté l’armée. Je serais heureux de retrouver quelques potes , quelqu’un peut-il me renseigner ?

  4. Parfait Taquet. j’ai dévoré en non-stop.
    J’y ai trouvé des choses que j’ignorais ou que j’avais oublié avec délectation comme le flam-out de Boichot lors du dernier vol F100.
    Mais, la prochaine fois envoies-moi le rush que je corrige.
    A une prochaine.

    Le barbu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.