• on-a-confie-cette-mission-a-un-element-de-valeur-lolo-le-chef-de-piste-aide-par-herry-le-petaf

    Une photo, une histoire ; la paie livrée par Jaguar

    Une photo, une histoire ; la paie livrée par Jaguar

    Cette anecdote se passe en 1978 à N’Djamena dans le cadre de l’opération TACAUD ; c’est une période trouble puisque cette année a vu les Jaguar intervenir réellement aux profit des troupes au sol, et notamment à ATI pour dégager une section de la légion bien mal en point (articles à venir). Les forces terrestres étaient présentes sur le territoire Tchadien et en particulier sur le 16 Nord. Problèmes de logistiques à la clef compte tenu de l’éloignement dont un qui concernait le paiement de la solde. Difficile de louer les services d’un transporteur spécialisé ; je ne sais pas qui a eu l’idée de livrer la paie par avion, mais elle fut mise œuvre avec un Jaguar. La réalisation fut assez simple ; les billets furent emballés et les paquets installés dans les aérofreins (AF) d’un Jaguar.

    On a confié la livraison de la paie à un élément de valeur Lolo, le chef de piste aidé par Herry le pétaf

    On a confié cette mission à un élément de valeur Lolo, le chef de piste aidé par Herry le pétaf

    Départ de l'avion de la Brinks locale

    Départ de l’avion de la Brinks locale

    Il ne “suffisait” plus que de survoler les biffins, ouvrir les AF et le tour était joué. Ce fut Duduche qui fut investi de la mission ; bien conscient qu’il ne fallait pas ouvrir les AF avant le point de largage prévu, il s’acquitta brillamment de cette tache en larguant la précieuse cargaison à l’heure et l’endroit prévu. Par contre, au lieu de recevoir un paquet,  ils reçurent les billets volant séparément comme une pluie de confettis. En effet, l’emballage n’a pas résisté à la vitesse de largage de 450 kts. Ceux qui attendaient avec impatience la livraison ont vu descendre cette pluie de billets ; l’histoire dit qu’ils les récupérèrent tous mais pas ce qu’ils firent de l’argent puisque c’était en plein désert.

    Duduche, soucieux reconverti en facteur ; il n'a pas pu faire signer l'accusé de réception

    Duduche, soucieux reconverti en facteur ; il n’a pas pu faire signer l’accusé de réception

     

    3 commentaires ont été rédigés, ajoutez le votre.

    1. Marc-Eric MINARD
      Publié dans 24 juin 2017 le 09:25

      Excellentissime fait d’armes !! 😉

    2. del fabbro
      Publié dans 26 juin 2017 le 08:32

      ca me parait un tantinet loufoque ! C’est peut être une réaction de commissaire, mais n’y avait il pas à cette époque au Tchad un hélico qui aurait pu convoyer un sbire chargé du paiement ?

    3. taquet
      Publié dans 26 juin 2017 le 18:05

      Peut être loufoque, mais l’histoire est véridique.