2-11 VOSGES

 

EC 2/11

Historique écrit en 1972 pour le 20 ème anniversaire de l’escadron 2/11

HISTORIQUE

1917, la lutte durait depuis trois ans déjà, la victoire n’était qu’une question de préparation, on ne voulait pas négliger les armes nouvelles. L’aviation s’était révélée indispensable, on formait quantité de nouveaux groupes, ainsi naquirent les

La SPA 91 – Avril 1917.   Les détachements de chasse NIEUPORT de la 8 ème armée N° 505 et 506 sont réunis et forment l’escadrille N91, équipée de Nieuport. En Janvier 1918, elle équipée de SPAD7 et SPAS3 et elle prend le nom de SPA91.

L’escadrille 91 fut commandée par le lieutenant JOURDAIN à sa création, puis par le capitaine LAFONT le 29 Avril 1918 et enfin par le lieutenant HIRCH en Septembre 1918. De sa création à la fin des hostilités, sept pilotes trouvèrent la mort en service aérien commandé ; cependant, l’escadrille comptait 6 avions abattus dont 5 homologués et un DRACHEN.

Nieuport 23 du LTT JOURDAIN

L’escadron  qui s’était vu attribué la mission de protection électronique des forces. Une histoire de Guerre électronique avec des équipements au nom de BOA, BOZ, PHIMAT, BARRACUDA,…

1919, La guerre est terminée, la situation commence à se stabiliser et la démobilisation impose la dissolution de nombreuses escadrilles, et c’est ainsi que fut dissoute la SPA 91 le 9 Juillet.

En 1955, l’Ecole de l’Air qui se crée a la mission de former les officiers pilotes. L’une des escadrilles d’instruction en vol, la 4 ème reprend les traditions et l’insigne de la SPA 91. Mais en 1940, l’occupation allemande impose la dissolution de l’escadrille.

Plus de précisions sur http://albindenis.free.fr/Site_escadrille/escadrille091.htm

La SPA 97 –  De la même façon que l’escadrille 91, l’escadrille 97 naquit le 1 er Juillet 1917 par la fusion des détachements de NIEUPORT, N510 et N 519 stationnés sur le terrain de FROIDOS (Meuse). A sa création, l’escadrille 97 était dotée de NIEUPORT 23 et 24B et en Aout 1917, elle reçut les N24 et N 24B. Plus tard, le 8 Décembre 1917 elle est équipée de SPA 7 et 13 plus modernes.

De Juillet 1917 à la fin des hostilités, l’escadrille 97 perdit 8 de ses pilotes mais infligea de lourdes pertes à l’ennemi : 16 avions et 8 DRACHEN. L’escadrille fut successivement commandée par : le capitaine de CASTEL à sa création, le capitaine CONNEAU le 18 Octobre 1917, le lieutenant QUERTEAU le 10 Octobre 1918. Après la guerre, la SPA 97 devint la 2ème escadrille du 1er groupe du 3ème régiment de Chasse en garnison à Châteauroux. Le 12 Septembre 1933, le 3ème régiment est transformé en garnison à Châteauroux. Le 12 Septembre 1933, le 3ème régiment est transformé en escadre et a deuxième escadrille (SPA97) est dissoute.

1938, la situation politique internationale se tend et on recrée des anciennes unités ; c’est ainsi que le lieutenant MERLE crée le 16 Janvier l’escadrille 574 qui reprend les traditions et l’insigne de la SPA 97 ; en Avril 1939, le capitaine BLANCHET en prend le commandement. Equipée de DEWOITINE 371 à sa création, ceux-ci seront remplacés en Novembre 1939 par des MORANE 406 plus modernes. Le 15 Mai 1940 à Bizerte SIDE EL AHMED, elle fusionne avec l’escadrille 572 pour former le groupe de Chasse III/5 sous les ordres du commandant BENSON. Le 18 Juin, le Groupe III/5 et le Groupe I/10 sont chargés de la défense de la TUNISIE. Le 24 Juillet 1940 après l’effondrement que l’on a connu, le Groupe est dissous. Plusieurs pilotes poursuivront la lutte sous d’autres cieux.

http://albindenis.free.fr/Site_escadrille/escadrille097.htm

Le 2/11 « VOSGES »

Le 1er novembre 1952, à Reims, un deuxième escadron de chasse est créé au sein de la 11ème Demi brigade appelée à devenir par la suite la 11° Escadre de chasse.
Il prend la dénomination de escadron de chasse 02/011 “Vosges”. Cette unité, composée de deux escadrilles, reprend les traditions des “SPA91″ et “SPA97“. Elle est commandée par le capitaine Dumoulin.

Le 5 décembre 1952, l’unité fait mouvement sur Lahr (RFA) avec ses F-84G “Thunderjet” Progressivement, l’escadron devient opérationnel. Exercices et campagnes de tir lui donnent toute sa vitalité.
Ce séjour n’est que de courte durée et en juin 1953, il déménage sur la BA de Luxeuil devenue opérationnelle.N 1955 F84G (1024 768)

En 1956 , le F-84G est remplacé par le F-84F “Thunderstreak”. Entre 1956 et 1961, le personnel participe régulièrement au parrainage des EALA engagées dans le cadre du conflit algérien.
Dans le cadre de la défense de la zone de responsabilité du 1° CATac et de l’appui des 1° et 7° Armée US, le 2/11 participe à de nombreux exercices avec alerte en bout de piste prêt au décollage.

N F84F 1957 a.c Torres (1024 768)

1957. ® 

Mai 1958, l’unité est doté de F-100 “Super Sabre” qui remplace les F-84F. L’arrivée de ce nouvel avion modifie les missions de l’escadron. Aux missions de défense de la zone de responsabilité du 1° CATac, il doit également être en mesure d’effectuer de jour comme de nuit des reconnaissances et de saturation radar. Pour cela il maintient en alternance avec d’autres escadrons l’alerte H24 avec deux avions et leur équipage.
En juin 1961, la 11° Escadre de chasse fait mouvement sur Bremgarten (RFA). Le déménagement de l’escadron s’effectue en trois jours.
Année 1962, débute dans le cadre du passage à la capacité nucléaire tactique, a transformation des personnels pilotes et mécaniciens mêlant cours théoriques et pratique du vol (effets de l’arme, missions d’assaut par tous les temps de jour comme de nuit, qualification bombardement, …). En novembre, les pilotes reprennent l’entraînement LADD (Low Altitude Delivery Drog). Après un entraînement ardu, le 20 mai 1963 voit le 02/011 passer “Strike” au sein de l’O.T.A.N. Il devient le premier escadron français à remplir une mission de frappe nucléaire. Une alerte atomique est assurée H24 par le personnel de l’unité.
La France décide de quitter les structures intégrées militaires de l’OTAN en 1967. L’escadron perd sa mission nucléaire et reprend donc en mission principale l’assaut conventionnel.
Septembre 1967, la 11°Escadre de chasse quitte la RFA pour rejoindre Toul Rosières (Meurthe et Moselle). Le 13 septembre, les 6 premiers F-100 de l’unité se posent sur leur nouvelle base de stationnement.
Juin 1970, l’escadron participe, avec 6 avions et 6 pilotes au concours interalliés AIRCENT. Il remporte la coupe Walker réservée à l’attaque conventionnelle avec 586 points contre 540 à la 4° ATAF et 392 à la 2° ATAF. L’équipe gagnante se composait du commandant Deveaud, des capitaines Rannou et Gillet, du sous-lieutenant Mareschal, de l’adjudant-chef Leroux et de l’adjudant Grison.
L’escadron enchaîne les exercices nationaux et interalliés, les campagnes de tir, les convoyages de F-100 vers Djibouti et les exercices dans le cadre de la CAFI.

42131 MB cam Arr D Dia Kzo 0475 AC Cool (1024 768)

Avril 1975.

Au mois de juin 1976, les premiers pilotes de l’unité partent en transformation sur Jaguar. Le 3 novembre, l’EC 02/011 reçoit ses six premiers Jaguar. La 1° escadrille vole sur le nouvel avion tandis que la seconde finit son activité sur les derniers F-100 encore présents sur la BA136.

En mai 1977, le Lieutenant-colonel Richalet, commandant de la 11°EC, “leade” la dernière patrouille de F-100 qui fera un tour d’adieu en FATac.
Le dernier F-100 de métropole, le n° 736, aux couleurs du 1/11 “Roussillon” s’envole pour le Musée de l’Air et de l’Espace, tandis que le n°131, aux couleurs du 2/11 “Vosges” orne la stèle à l’entrée de la base aérienne 136 ( à la suite de la fermeture de celle ci, la stèle a été transférée sur la BA128 de Metz). 
La fin de l’année 1977 est marqué pour la 11°EC et ses escadrons par le début d’une très longue période d’opérations extérieures.
L’année 1978, le 2/11 débute par un détachement à Dakar dans le cadre de l’opération Lamantin. Le 10 février, un détachement par pour N’Djamena au Tchad. Le 15, la ville est attaquée par des forces rebelles ; les avions et le personnel se replient sur Libreville. Pendant cet épisode tchadien, deux missions d’intervention réelles sont déclenchées sur Moussoro lors d’accrochages entre des éléments français qui y sont stationnés et les rebelles. 
Au cours d’un séjour africain, l’unité teste avec succès le pod photographique RP 36P.
La mission principale de l’escadron est le brouillage électronique offensif au profit des forces. Pour cette mission, il est doté du BOZ et du BARAX.
Comme les autres escadrons de la “11”, il participe régulièrement à l’exercice Red Flag aux USA. 
A partir de 1987, le 2/11 assure la mission anti-radar avec le missile AS37 “Martel” à la place de l’EC 3/3 “Ardennes” et conserve la vocation FAE de celui-ci. 
Le 17 janvier 1991 marque un nouvel épisode glorieux pour l’unité; une patrouille de 12 Jaguar, dirigée par le commandant Mansion effectue la première mission française lors du déclenchement de l’opération “Tempête du Désert” en attaquant le terrain d’aviation Al Jaber au Koweït occupé par l’Irak. Au cours de cette mission exécutée en basse altitude, quatre avions furent touchés dont deux sévèrement qui durent se dérouter. Le capitaine Mahagne fut blessé au visage mais réussit à ramener son avion. 
Au mois de janvier 1992, un détachement de l’unité rejoint pour une durée d’un mois le terrain de Rochambeau en Guyane française. La mission consiste à entraîner les contrôleurs de défense aérienne du centre de contrôle militaire de Kourou.
A partir du 30 août 1995, le 2/11 participent à l’opération aérienne “Deliberate Force” de l’OTAN sur la Serbie. Au cours de 650 sorties, les Jaguar détruisent des objectifs militaires d’infrastructure.

A la dissolution du 1/11, l’escadron passe à 20 avions, absorbant ainsi 10 pilotes et 60 mécaniciens. Une troisième escadrille est créée qui reprend les traditions de la “Comédie” ancienne deuxième escadrille du 1/11.

11EC LMO 003 (1024 768)

Le 21 mai 1996, le dernier vol est effectué.
Le 31 juillet 1996, l’EC 2/11 “Vosges” est dissous officiellement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.