Et l’ETIS prit la suite de l’EMI

Partagez cet article !

              L’EMI pour ensemble mobile devait bien se fixer quelque part et ce fut la base de TOUL Rosières qui fut choisi pour accueillir cet organisme qui prit le nom d’ETIS pour escadron de transformation et d’instruction spécialisé.  

              Situé dans les bâtiments de  l’ancienne école américaine et en face du stade, l’ETIS a vu passer des générations de pilotes et de mécaniciens jusqu’à la fermeture de la base en 2002 date à laquelle il déménagea à Saint Dizier pour fermer définitivement en 2005 lorsque le Jaguar fut retiré du service. 

            Le cahier de marche dont sont issues les photos s’arrête en 1986 ; on peut bien évidemment le regretter mais aussi se dire que sans Ménard, nous n’aurions gardé que de vagues souvenirs de l’ETIS. 


Partagez cet article !

Une réponse sur “Et l’ETIS prit la suite de l’EMI”

  1. Repas de fin de stage
    Les anciens participants au repas de fin de stage ETIS du 1/11, se souviendront peut-être de cette anecdote. Après que le commandant d’escadron encadré par son OAT et le chef de l’ETIS, ai mis fin à son discours, quelques facétieux scandèrent : la moumoute, la moumoute,…un discours, un discours ! Devant cette demande reprise en cœur par le reste de la troupe, le commandant se pencha vers le chef de l’ETIS et lui demanda : Qui c’est la moumoute ? Silence gêné de celui qui arborait sur sa tête un complément capillaire peu discret. Gène certainement partagée par l’OAT qui lui-même avait sur son crâne un toupet d’un autre standing. C’est ainsi que les mécanos du 1/11 firent connaissance avec le ‘’gang des postiches ‘’.
    Le hasard a voulu que quelques années plus tard, au cours d’une cérémonie nationale, je retrouve l’ancien chef de l’ETIS. La moumoute avait disparu.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :