17 janvier 1991 ; attaque du terrain d’Al Jaber

Partagez cet article !
  •  
  •  
  •  
  •  

 

Il est 11 heures du soir ce 16 janvier 1991 ; il m’est difficile de trouver le sommeil et je ne crois pas que le ronronnement des groupes électrogène qui tourne H 24 soit responsable de cet état de fait.

Cela fait 24 heures que l’ultimatum posé par la coalition à Saddam Hussein a expiré et la tension est perceptible pour chacun. De plus, le fait que j’ai été désigné depuis trois jours seulement comme membre de la première patrouille « taskée» n’est pas fait pour me rendre ma sérénité.

Je ne connais pas trop les 12 pilotes qui composent patrouille ni leur manière de travailler ; enfin, on s’adaptera, mais pour une première mission de guerre, ce n’est vraiment pas le moment.

Le but de la mission est d’attaquer le terrain koweïtien D’Al Jaber ou les Irakiens auraient placé des SCUD.

La patrouille est divisée en deux box de six, l’armement constitué de bombes Bélugas et de 250 kg freinées.

Pour l’heure, il est plutôt question de dormir, enfin d’essayer, et la température glaciale qui règne dans le mobile home n’est pas faite pour arranger les choses ; eh oui, il y a bien la clim, mais on a oublié le chauffage.

À une heure forte tardive je finis par plonger dans les bras de Morphée pour en être chassé presque aussitôt par le hululement lugubre de la sirène d’alerte ; fin des soucis de sommeil, de chauffage aussi puisque l’enfilage en quatrième vitesse de la tenue T3P a vite fait de nous réchauffer. Le message d’attaque de missiles qui accompagne la sirène dissipe nos derniers doutes quant à la véracité de l’attaque.

Le sentiment étrange de voir soudain un ennemi palpable est curieux et rappelle certaine angoisse d’enfance en revivant l’image d’un voisin bourru et antipathique… curieux.

Cet instant de réflexion philosophique est interrompu par le rappel des membres de la première mission en salle de briefing, une petite boule naît au creux de l’estomac…

Les pilotes arrivent un à un, pas vraiment frais ni franchement joyeux car on le serait à moins je crois. Comme le travail ne manque pas, le professionnel reprend rapidement le dessus et chacun s’attelle à sa tâche ; la « SITAC » et le plan de fréquences ont été entièrement modifiés, il faut tout remettre à jour.

Ce travail terminé, le leader enchaîne par le briefing de la mission en insistant sur les derniers changements ; il est régulièrement interrompu par une nouvelle alerte qui précipite tout le monde sous l’escalier du seul bâtiment en dur du coin,… montée régulière de l’angoisse.

On dirait aujourd’hui que les conditions CRM n’étaient pas réellement réunies. Enfin nous partons aux avions et les mécanos en tenue T3P avec le masque sur le visage finissent de planter le décor ; la mise en scène est pas mal pour une première…

Une fois brêlé, je retrouve mon environnement familier, l’angoisse commence à disparaître… La mise en route se déroule presque sans accroc, un seul pilote doit changer d’avion, pas mal pour le JAGUAR.

Je décolle en numéro 4 et une fois « airborn », commence le début des ennuis car je perds mon leader de vue ; je cherche un autre avion, je ne vois personne car la visibilité est diminuée par la fumée des raffineries toutes proches.

Montée d’adrénaline, P… ça commence bien, à ma première mission de guerre je perds ma patrouille, bien joué…

Enfin après quelques secondes qui paraissent bien longues, je retrouve un avion puis le reste de la patrouille… ouf « Let’s go ».

La montée vers le ravitailleur est digne du Jaguar ; heureusement que l’aiguille du vario est fine pour montrer que l’on monte encore ; les avions en Bélugas, dont le mien, rament encore plus.

Les ravitailleurs sont en vue, en avance mais bon, rien de critique car tout le monde trouve sa nounou et parvient, accroché à la PC à faire le plein.

Pour la plupart d’entre nous, le spectacle d’un box de ravitailleurs est nouveau, tout comme à l’époque le fait de ravitailler en virage ; encore une fois le metteur en scène se démène.

Il récidive peu de temps après, puisque une fois séparés des tankers, nous plongeons vers le désert et 10 minutes plus tard nous larguons simultanément nos bidons ; ils rebondissent sur le sable en vaporisant le pétrole restant, là c’est vraiment plus comme dab…

Et il n’a pas fini, puisque le décor qui fait face à nous en abordant le Koweït est étonnant, la fumée des tranchées de pétrole en feu dessine un gigantesque tunnel noir ponctué de lueurs rouges, c’est dantesque.

Nous fonçons dans la pénombre à quelques pieds du sol et à la vitesse max possible soit un petit 480 KT. Les obstacles antichars défilent sous nos ailes, les rares repères attendus ne sont guère visibles, le leader prend le cap du target et là, rien… Coup d’œil au calculo, il me dit que le terrain est à droite et j’en informe le leader. Le n°5 confirme, virage Cap Nord et là, les hangarettes apparaissent enfin.

A la hauteur où nous volons, elles apparaissent immenses, le virage supplémentaire a modifier la formation et l’arrivée sur nos objectifs n’est pas des plus orthodoxes, mais ça marche.

À cet instant je vois l’overun de la piste devant moi se soulever, projeté en l’air par l’explosion d’une bombe de 2000 livres larguée par les F16 nous précédant sur le terrain, «well done !», ils sont restés à l’heure de New York ou quoi ?

Ma réflexion philosophique est assez courte puisque voilà la zone de dispersion, quatre clongs confirment que mes Bélugas commencent à déverser leur changement de grenades à retardement.

Aussitôt je replonge vers le sol, j’ai la vision fugitive du pylône d’éclairage du parking au-dessus de mon avion, à ma gauche un servant de ZPU me regarde médusé, ses canons tournés dans une autre direction…, tant mieux…

Nous filons vers la frontière, le bel agencement de la patrouille a quelque peu souffert du passage sur le terrain et c’est un peu du chacun pour soi.

Soudain, l’enfer se déchaîne, le désert paraît clignoter, illuminé par le départ des coups ; devant moi des flocons gris éclatent, (pas mal Monsieur le metteur en scène), nous en profitons pour descendre encore d’un étage. A ma droite, un trait de feu passe comme un éclair, ah ça c’était un missile…

Les feux d’artifice ne durent que quelques instants, nous repassons les lignes en un éclair, et là une fois en altitude la tension retombe ; j’ai l’impression d’avoir fait la mission de ma vie, et que c’est bon, c’est fini.

Ce moment d’euphorie est de courte durée car l’idée d’y retourner me rappelle à la réalité ; la guerre ne fait que commencer.

Pour le deuxième box, elle n’est pas finie du tout puisqu’ils bénéficient de notre passage annonciateur et la réaction irakienne est plus musclée ; trois avions sont touchés, dont deux sortent des lignes en mono réacteur et se posent sur le premier terrain venu. Un seul avion de notre box est touché, une balle a touché les commandes de vol, ce qui lui voudra un atterrissage des plus scabreux.

Enfin, le n° 12 est le plus chanceux car une balle a traversé son casque en effleurant le cuir chevelu, il est soutenu à la radio par son leader afin de le garder conscient. Il parvient à se poser et deviendra la vedette de l’hôpital saoudien local.

Une fois posé, nous avons des visages étonnants, marqués au plus haut point par ces instants d’extrême tension. Les enseignements de cette mission sont rapidement mis en pratique, car la mission du lendemain comme les suivantes sera effectuée en haute altitude, et plus un avion ne sera touché…. Pour les douze pilotes cette mission restera un souvenir marquant, qui nous a soudés et qui nous permet de nous retrouver tous les ans…

F.Schwebel

Al Jaber pylône d'éclairage (11 EC)
Al Jaber pylône d’éclairage (11 EC)
Tir missile
Tir missile
Al Asha
Al Asha

Partagez cet article !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.