M 2000 vs JAGUAR

Partagez cet article !

        Ce weekend, la lecture du dernier « Hors-série » du Fana , m’a remis en mémoire une mission d’entrainement au combat entre deux M 2000 et 2 JAGUAR, histoire anecdotique bien évidemment et nullement représentative de ce qui se déroulait habituellement.

        Cela se passe à l’EC 1/11 de Toul fin 1984 ou début 1985, un vendredi en début d’après-midi ; l’EC 1/2 de Dijon venait de toucher les premiers Mirage 2000 C, avion de nouvelle génération aux commandes électriques procurant une manœuvrabilité n’ayant aucune commune mesure avec celle des avions précédents tels que les M III, JAGUAR, F1,… La semaine se terminait tranquillement et en salle d’OPS au 1/11, le marqueur passe le téléphone à Moise, un des deux commandants d’escadrille : « Mon Capitaine, c’est pour vous ». C’était l’EC 1/2 qui cherchait désespérément un plastron pour une mission de combat DAC 4 (2 avions contre 2) et qui après avoir fait sans succès le tour des escadrons de défense aérienne venait solliciter en désespoir de cause un escadron de Jaguar. Moise s’adresse à Alban le commandant d’escadron : « Chef, c’est le 1/2 qui nous propose une DAC contre eux et on a deux avions dispo en lisse ; on prend ? ». La réponse d’Alban ne s’est pas fait attendre : « J’achète ».

      Mouvement d’incompréhension au sein des pilotes présents ; « Chef, ce sont les gros bras de la DA (défense aérienne), les dignes descendants de Guynemer et avec leurs avions électriques, ça va être une tuerie ! ».

        « On verra bien ».

         Briefing, décollage, transfert avec Menthol et montée au niveau 400. A titre personnel, je n’ai jamais compris la suffisance des pilotes de la DA qui considéraient que le Jaguar ne pouvait pas voler au-dessus du niveau 200 ; ce fut souvent l’origine de bien de désillusions…

           Et la présentation pour les 4 avions débuta caps opposés, les Jaguar n’ayant que leur yeux (et l’aide du contrôleur) pour acquérir le visuel. Et là, surprise : les 2 M 2000C sont dix milles pieds plus bas et …. en train de faire un cross-turn (virage à 180°) qui les placent juste devant les Jaguar. A la décharge des M 2000, il faut dire que leurs radars RDM (les tous premiers) étaient surnommés « Téfal », du même nom que celui du fabricant de poêles de cuisine qui selon une pub célèbre « n’accrochaient pas ». Pleine charge PC pour les Jaguar, demi-tonneau pour mettre le nez bas, accélération pour rattraper les M 2000 et annoncer sur Lilas 2, la fréquence commune aux 4 avions (et au contrôle) « Fox 2, Fox 3 sur les 2 M 2000 » (ce qui signifie tir missile et tir canons), « Out tirés, prêts pour une autre présentation.

        Et ce fut reparti pour un tour qui fut en fait un remake parfait de la première présentation. Incroyable : les Jaguar au FL 400, les M 2000c au 300, cross-turn, PC et encore une fois sur Lilas 2 « Fox 2, Fox 3 » ; fin du show.

    Je me souviens du retour d’Alban et de son N°2 dans la salle d’OPS :

       – « Alors chef ?  

       – Tirés !

       – Vous vous êtes faits tirés ?

      – Non, non, c’est nous qui les avons tirés ! »

       Et voilà Alban en train de nous raconter ce que je viens d’écrire précédemment avec bien évidemment un sourire jusqu’aux oreilles.

       « Tout le monde au bar, c’est moi qui rince ».

       Grosse ambiance au bar pour fêter l’évènement ; les ploucs, les péquenauds de la FATAC, sur leurs barques à fond plats avaient mis la misère aux chasseurs aux yeux bleus sur leur terrain de prédilection ! Je ne sais plus qui a eu l’idée, mais il n’était pas possible d’en rester là ; on envoya un message à l’EC 01/002 décrivant notre déception devant les performances de leur avion et notre incompréhension quant à leur tactique de combat. Je crois qu’on a aussi mis en copie les autres escadrons de la 2EC et peut être aussi l’escadre.

         Ce message fut très moyennement apprécié par le 1/2 qui le lundi suivant à l’heure de l’embauche nous proposa une revanche et qui reçut de notre part une réponse des plus hypocrites « Désolé les gars, mais on n’a pas les avions dans la bonne configuration et puis avec l’Afrique, il faut qu’on se consacre à notre mission, on n’a pas que ça à faire, désolé ».

         S’il fallait trouver une morale à cette anecdote, j’irai la chercher dans le règlement de l’aviation de Chasse « Ne jamais sous-estimer son adversaire »


Partagez cet article !

Une réponse sur “M 2000 vs JAGUAR”

  1. Excellente conclusion, et merci pour ce rappel.

    Au 2/7, avec les ‘anciens’ (Charly, Bourdier, etc), on en a tiré quelques autres, certes à 2 contre 1 durant les 80’s. Free beer à chaque manche gagnée. En dessous du FL 300, malgré leur manœuvrabilité bien supérieure, ils semblaient ridicules. Les Popofs l’ont bien compris : A 2 ou 3 contre 1, ça devient mission impossible. Et j’ai bien peur que ce soit toujours le cas…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.